ANECDOTES, FAITS DIVERS

Cette rubrique n'a pas d'autre prétention que de relater, pour leur côté anecdotique, ou aussi parfois dépassé, certains faits ou décisions.

[1] 5 francs de 1855 valant environ 115 francs de 2000. Retour au texte
[2] 0,20 franc de 1889 valant environ 4,20 francs de 2000. Retour au texte

Justice

Comme nous allons le voir en dessous, la justice d'antan était expéditive et les condamnations des criminels publiques, pour avoir valeur d'exemple. Cependant, certains ont eu plus de chance que la majorité d'entre eux, en bénéficiant très sûrement de certaines influences pour échapper à la peine de mort.

Ainsi l'inventaire général des titres du Chapitre et Communauté de l'Eglise Royale et Collégiale St Martin de Champeaux [11], fait état d'un arrêt de la Cour de Parlement du 17 mai 1558, 'qui commute la peine de mort ordonnée par sentence du prévôt de Champeaux, contre Jean HOULIER boucher demeurant aud(it) Champeaux, à cause de l'hommicide et assasinat par lui fait de la personne d'Adrien SEVET, en un bannissement perpétuel de la Terre et Seigneurie de Champeaux et Baillâge de Melun, et condamne led(it) HOULIER en 80 # [2] parisis pour toute réparation civile, dommages et intérêts envers Jeanne MESNARD Veuve dud(it) SEVET, et aux dépens du procès'.

Comment avec de telles accusations, ce Jean HOULIER a-t-il pu éviter la sentence extrême, sachant que pour des délits bien moindre, certains ont payé de leur vie, ou subi des châtiments corporels durant des heures et s'apparentant à de la torture, comme ce fût le cas pour un certain Gilbert THIBAULT qui, en 1576, était condamné à être exposé au carcan [3] sur la place du Marché de Bourges, pour avoir dérobé un sac de blé.

Non content d'avoir échappé à la peine de mort, Jean HOULIER continuait à agir hors-la-loi, puisqu'un autre arrêt du Parlement du 19 mars 1559 ordonnait 'informations être faites contre led(it) HOULIER, pour raison de plusieurs excès et voies de fait par lui commises aud(it) lieu de Champeaux, depuis son susdit arrêt de bannissement, ordonne l'exécution d'icelui en tout son contenu et enjoint aud(it) HOULIER de garder son ban, sous peine de prison'. Là encore, pas de condamnation, un simple rappel à l'ordre, avec possibilité d'enfermement en cas de récidive.

L'histoire ne dit pas quels furent ensuite les agissements de ce Jean HOULIER [4].

[1] : cote G156, aux Archives Départementales de Seine-et-Marne.

[2] : livre (unité monétaire) ; 80 livres représentent environ 1000 francs actuels (152 euros). Cependant, pour se faire une idée précise de cette amende, il faudrait la comparer aux prix des principales denrées courantes de l'époque.

[3] : cercle de fer avec lequel étaient attachés les criminels, par le cou à un poteau. La peine du carcan a été abolie en 1832.

[4] : ce nom de famille était déjà présent à Champeaux en avril 1410, avec un Milet HOULIER Egalement boucher. Plusieurs générations se succéderont exerçant également cette profession, mais aussi d'autres comme maçon, cordonnier, laboureur. Le dernier porteur de ce nom, sur Champeaux, fût un Charles HOULLIER décédé en juillet 1758, et qui était dit sonneur et choriste de la Collégiale.

Fait divers

La place de notre village qui jusqu'en 1865 comportait une halle située très près des maisons alignées au nord, n'a pas été exclusivement, au fil des siècles, qu'un lieu d'échange et de commerce. Il y a plus de trois siècles, la justice qui était alors expéditive et très démonstrative, donnait lieu parfois à des scènes de rue où les sensibilités étaient fortement mises à l'épreuve, et ce même dans les plus petits villages. Champeaux n'y a pas échappé.

En effet, l'inventaire général [1] des titres du Chapitre >[2] et Communauté [3] de l'Eglise Royale et CollEgiale St Martin de Champeaux, dressé en 1786 par M. Pascal VERDIER, archiviste et féodiste, fait état d'un arrêt du Parlement daté du 21 octobre 1667, confirmatif d'une sentence du prévôt de Champeaux qui 'condamne Pierre BENOIT manouvrier, natif de la Bourgogne, à être pendu et étranglé à une potence dressée à cet effet en la place publique de Champeaux et son corps être exposé sur le grand chemin de Quierres à Paris, ses biens acquis et confisqués au profit de qui il appartiendra, la somme de 200 livres préalablement prise sur iceux par le Chapitre, comme Seigneur haut justicier des lieux où a été commis les crimes et délits par led(it) BENOIT'. Ce qu'avait fait ce dernier n'est pas dit.

Une quittance du 23 octobre de la même année, nous apprend aussi qu'un dénommé CAYEUX archer du prévôt général de l'Ile de France a touché une somme de 105 livres, payée par le procureur du Chapitre de Champeaux, pour 'avoir conduit et remené prisonnier des prisons de la Conciergerie du Palais, en celles de Champeaux, la personne dud(it) Pierre BENOIT'. Cette quittance qui était rédigée au dos d'un exécutoire donné par la Cour du Parlement le 22 octobre 1667, était signée par un conseiller nommé CANAYE, ce qui vu le contexte, n'est pas le moins cocasse !

Enfin, une autre quittance du 5 novembre 1667 signée GUIBERT notaire, nous révèle que Jean HERISSON, exécuteur de la Haute Justice, a perçu la somme de 68 livres, toujours payée par le procureur du Chapitre de Champeaux, 'pour l'exécution par lui faite au lieu de Champeaux, de la personne dud(it) BENOIT'.

Ce Jean HERISSON [4] né en 1640, et marié aux environs de 1660 à une Marie MARTIN, n'était autre que le bourreau de Melun, où il devait exercer jusque vers 1697. Il demeurait dans le quartier Saint Ambroise, après avoir précédemment résidé à Senlis, et était le fils de Philippe HERISSON lui-même maître des Hautes-Œuvres de Melun jusqu'environ 1620. Leurs fonctions étaient multiples, puisqu'ils pendaient, rouaient, marquaient, attachaient au pilori et au carcan, et que toutes ces opérations étaient tarifées. Entre autres profits, les bourreaux avaient la vente de la fameuse 'graisse de pendu', remède réputé souverain pour toutes sortes de maux, et encore de la corde ayant servi à la pendaison, infaillible soi-disant pour gagner à la loterie ! Sur les marchés aux grains, ils percevaient aussi le droit de havage [5]. Enfin, ils pouvaient aussi être rebouteux !!

[1] :cote G156, aux Archives Départementales de Seine-et-Marne.

[2] : composé de l'ensemble des chanoines.

[3] : composé de l'ensemble des chapelains.

[4] : les éléments concernant Jean HERISSON sont extraits du CD-Rom 'Les bourreaux et leur parentèle' de Michel DEMOREST.

[5] : droit qui leur permettait de prélever leur part sur certaines marchandises introduites en ville.